Sense 8 (série) : Envie de vous parler d’une série d’exception

La fabuleuse série Sense 8

Signée des nouvelles frangines Wachowski, cette histoire de SF ou fantastique plutôt, parle d’une interconnexion entre 8 personnes de part le monde. Arrivant soudainement dans la vie de chacun, elle permet à tout protagoniste de ce cercle de se retrouver dans l’hallucination de voir les autres et d’interagir avec librement.

Cela peut paraitre assez simple à raconter, mais ce n’est pas ce qui fait le coeur passionnel de la série. Il s’agit surtout de la manière de porter cette histoire à l’écran qui est d’une orfèvrerie d’exception, jamais vu encore à la TV ou au cinéma.

Quand les Wachowski abordent une nouvelle oeuvre, ils cherchent la meilleure manière de la raconter, même si cela implique d’inventer des nouveaux procédés narratifs. En cela, on aura toujours besoin d’eux.

Pour raconter une grande histoire commune, où chacun des 8 personnages a un background défini et une interaction spécifique avec les 7 autres, influant sur sa trame narrative unique, tout en poussant une histoire commune, il suffit de déplacer tous les acteurs sur les 5 continents et de parcourir des capitales en Afrique, à Seoul, Berlin, en Irlande ou encore aux USA. Toute une année sur les routes, entre tous les plateaux de tournage du monde, dans une toile tissée impensable. Un documentaire est sorti sur comment ils ont réalisé la série, ça vaut le coup d’oeil.

Quasiment aucun effet spécial, aucune incrustation. Quand un personnage apparait, il est réellement dans la prise de vue de l’instant, même si ça n’est que pour une seconde. Il y a donc plus de 12 trames en parallèle dans chaque épisode. Les 8, la générale, celle d’ennemis, d’alliés, etc. Ce qui est magique, c’est que tout est clair, limpide, même. C’est un chef d’oeuvre d’écriture…

Les décors sont magnifiques, les ambiances de chaque ville restituées. Le propos est dur, humain, honnête. Parmi les 8, un cambrioleur, une junkie, une trans activiste, un acteur secrètement homo et amoureux, un chauffeur de bus en Afrique, une héritière d’un empire industriel, une jeune hindous sur le point de se marier, un flic mal dans sa peau. Tous leurs arcs sont respectés, toute la richesse de leur interaction restituée. Ensemble, on est plus fort.
La série pour laquelle j’ai le plus de respect.

Un épisode de Noel fait la jonction entre la première saison et la seconde qui arrive dans quelques mois. Il dure 2h, et assume une pure perfection narrative. Juste un cadeau, comme ça, au passage, des frangines les plus révolutionnaires de l’histoire du cinéma.

Retrouvez mes critiques régulières de tous les films que je vois dans mon groupe dédié sur Facebook

 

Merci de me donner votre appréciation
[Total: 0 moyenne : 0]
Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.