5 films géniaux que vous ne verrez jamais

On fait genre “on s’y connait”, mais quand il s’agit de filer 5 € par mois pour voir ce qui se fait de mieux dans le cinéma d’auteur, il n’y a plus personne. Même pas moi, c’est dire. Et pourtant, merci e-cinema.com, je me régale avec des perles à découvrir !

E-cinema.com, c’est quoi ?

La plate-forme de streaming e-cinema.com est vraiment pas comme les autres. Elle a une vision très forte du cinéma, qu’elle propose de partager, dans de vrais conditions, avec ses abonnés.

Imaginez, une équipe de passionnés qui choisissent pour vous la crème de la crème des films indépendants, rares, méconnus ou étrangers. Une fois ces perles trouvées, pas question d’en faire un fast-food vite fait mal partagé, noooon, ça se respecte. Non seulement, ils vous en sortent un nouveau par semaine, le vendredi soir (pas plus), mais en plus, ils vous en parlent comme personne avant. 

Vous vous retrouvez intrigué, curieux de ces histoires étranges, de ces émotions nouvelles. En quelques clics sur votre appli préférée (personnellement sur la TV avec l’Apple TV et l’appli dédiée), vous parcourez la fiche comme un objet curieux, puis cliquez sur play, et là… là, c’est un autre monde, un choc de culture, une intensité étrangement inconnue mais désirée. Bref, on se régale.

5 € pour 4 nouveaux films par mois, bien sur, ça ne plaira pas à grand monde, quand, pour le double, on a accès au catalogue moisi de Netflix, avec ces milliers de films insipides de fond de tiroir. C’est comme le vin. La bouteille de Roche-Mazet suffira bien. Inutile de partir sur un Mouton-Cadet…

Mais voila, un film, c’est une expérience de narration qui peut nous bouleverser. Et ça, on peut donner beaucoup pour ressentir une telle chose dans son coeur comme dans sa chair.

Voila le deal !

Je vous ai dit en intro que je ne paierai pas moi-même pour cela, et c’est vrai. Du moins, je ne paye pas actuellement. Le futur, on verra bien !

J’ai profité d’un mois offert, qui est devenu 4, puis 4 de plus. Je n’ai toujours pas payé, depuis des mois que je l’utilise, et la qualité folle des films (vous avez accès bien sûr aussi à tous les autres films qui sont sorti avant) m’a donné envie d’en parler ici ! Parce que merde, c’est une sacrée exception pour les cinéphiles, et il faut se jeter dessus !

Vous aussi, vous aurez un mois gratuit pour gouter

Alors je vais vous parler de ce que j’y ai déjà vu, et de ce que j’en pense. Et si vous avez envie de tenter l’expérience, abonnez-vous, c’est gratuit.

 

A taxi driver de Jang Hoon

Je l’ai vu hier soir, et je n’en reviens toujours pas. Ce film a été un carton national en Corée du Sud. On y suit un personnage très attachant, chauffeur de taxi, père de famille, veuf, qui manque d’argent et vole à un de ses confrères une course extrêmement bien payée. Conduire un journaliste dans une ville où se passent des manifestations anti-dictature. Nous sommes dans les années 80. Le net n’existait pas. Le journaliste allemand veut voir sur place ce qui s’y passe. Et ce voyage m’a très profondément marqué, comme les personnages.

Avoir pris un acteur habituellement du registre comique pour ce rôle est une idée géniale, car oui, on part sur un joyeux moment, dénonçant les petits travers de la société coréenne avec piquant et drôlerie, mais voila, la vie, c’est sérieux, et le film, avec une intelligence subtile, nous emmène tout simplement en enfer, nous ouvrant à une vérité qui dérange, tout comme le héros, convaincu jusque là de la grande Corée bienveillante. Le monstre se réveille et on l’approche à pas de loup. C’est d’une puissance incomparable.

 

King of the Belgians de Peter Brosens et Jessica Woodworth

Humour cette fois, avec une oeuvre incroyablement touchante pour son sujet. Imaginez le roi des Belges (le vrai, hein, celui d’aujourd’hui), qui, lors d’un voyage officiel en Turquie, se retrouve cloué au sol suite à une éruption solaire brouillant les GPS. Et parallèlement, il apprend que son pays vient de se fracturer, les deux parties réclamant leur indépendance. Il décide de partir par voie terrestre, mais contre l’avis des autorités de la Turquie, qui veut éviter un scandale diplomatique en cas de problème. Le voila fugitif, avec la volonté de rejoindre à tout prix son royaume et son peuple. En chemin, les Balkans et autre joyeuseté. 

Tourné en forme de reportage, les acteurs sont fabuleux. Bon Dieu, je l’aime, ce roi. Il est drôle, il est maladroit, il découvre la vie, il est doux et généreux tout en étant royal. Son staff, qui donne du “majesté” et du “altesse” tout du long est aussi fait de chair et d’émotions. La peur, le stress, la joie, l’ivresse, le doute, tout éclate le groupe en nouvelle constellation magique. C’est puissant. Et quelle grande image de la monarchie requestionnée avec finesse et pertinence.

 

The confirmation de Bob Nelson

Un père, un déchet, une ex-femme, un nouveau mari, et un gamin malin au milieu, qui veut bien faire. Le père, détruit par la vie, est artisan freelance. Et pour le premier week-end où il prend son fils avec lui depuis la séparation, il veut bien faire. Mais voila, on lui a volé ses outils. Et ce sont ceux de son père avant lui, un héritage qui lui crève le coeur. Il va falloir parcourir la ville pour retrouver l’enfoiré qui lui a fait ca. Sauf que voila, rien ne se passe comme prévu, et le chemin prend des tournures étranges. Ce qui devait être simple ne peut se faire sans l’aide de rencontres hasardeuses. 

Quand on est au bord du gouffre, il faut une energie phénomènale pour ne pas y tomber. Ce film nous raconte l’histoire d’un mec qui tient avec des allumettes. Oh, il n’est pas méchant, ni honteux. Il souffre, c’est tout. Et quand il doit se battre, c’est son fils, cet inconnu, qui vient lui donner le courage qui lui manque. Cette histoire, à l’ADN 100% humaine, est terriblement touchante. Ce n’est pas le meilleur des pères, mais c’est le sien, et il va falloir, autant que l’enfant qui prépare sa confirmation, que le père se confirme aussi dans ces instants où tout devient si horriblement difficile.

 

Longing, de Savi Gabizon

Ce film m’a fait halluciner. Voila un homme déjà âgé, qui revoit son amour d’il y a 20 ans, le temps d’un déjeuner pour qu’elle lui annonce l’incroyable nouvelle. Lui qui rejetait la paternité, il a été père. 19 ans, sans le savoir. Mais son fils, dont il ignorait l’existence, est mort aujourd’hui. Passé le choc, il ne peut s’empêcher de vouloir le connaitre. On l’idéalise à lui raconter ses poèmes, sa douce folie, ses amours, mais pendant que le père transforme tout ce qu’il entend en grandeur, le spectateur ne peut que reconnaitre qu’il s’agissait d’un petit con drogué et malsain au possible, que peut de gens vont regretter. Le père s’y contemple, s’y reconnait, l’excuse et l’aime de toutes ses forces. Lui qui ne voulait être père, le voila lié à un fantôme, comme arrivé en retard sur le temps de sa vie. Il veut le connaitre, le cherche, le traque, le défend. C’est si fort comme sentiment qu’il vire à l’absurde, comme une machine qui s’emballe, et commence à envisager des idées de plus en plus folles, pour protéger celui qui est pourtant déjà mort. Scénario en Or.

 

HEVN de Kjersti G. Steinsbø

Je finis par le premier que j’ai regardé sur e-cinema.com. Nous sommes cette fois en Norvège. Dans un hôtel perdu au bord de lacs, arrive une femme. L’hôtel est fermé, mais elle est journaliste touristique, alors le couple qui tient l’établissement l’accueille avec joie pour son reportage. Cette femme est charmante et sera rapidement invitée à rejoindre la vie de cette famille, qui vit à coté de son hôtel, pour les repas du quotidien. Mais quelque chose cloche. Elle semble vouloir autre chose. Personne ne semble inquiet, mais elle veut quelque chose et va monter la pression pour l’obtenir.

Dans la beauté sidérante des lieux, le drame semble ne faire aucun bruit. La motivation profonde de cette journaliste ne nous est pas dévoilé et on ne fait qu’observer l’étrangeté s’installer dans des images paisibles et relaxantes. On ne sait pas de quel coté on penche jusqu’à basculer. Elle vient chercher une revanche, mais de quoi ? Que penser de sa vengeance ? Les acteurs sont sublimes, et l’intrigue distillé à la goutte près. C’est un travail finement ciselé qui nous emmène bien plus loin que les fjord qui s’étendent à ses pieds.

 

Voila, les amis. Un dernier lien vers leur catalogue complet. Ne soyez pas effrayé de ne connaitre aucun film, ou de devoir partir parfois sur du sous-titré. L’expérience en vaut la découverte. Faites confiance à e-cinema.com pour vous étonner. C’est la cave à vin du cinéma. Paré à déguster ?

Merci de me donner votre appréciation
[Total: 0 moyenne : 0]
Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.