L’Apple Watch 1, premier retour après 10 jours d’utilisation

Apple Watch Sport

Bon, j’avoue, j’ai été curieux. J’ai profité d’une réduc de 25 % sur Priceminister pour m’acheter un modèle sport 38mm. Comme ça, si elle ne me plaît pas, je peux la revendre sans perdre d’argent. Oui, je suis un fan raisonnable…

Bon, à l’heure actuelle, difficile de dire catégoriquement si elle me plaît ou pas. En fait, il y a tout un temps où on ne comprend pas à quoi elle sert. Elle fait doublon avec le téléphone. Elle a des fonctions assez limitées. Elle donne l’heure, mais ça fait cher la toquante. Elle est moyennement maniable. Je n’arrivais pas à comprendre comment Apple a pu se dire que c’était une bonne idée de sortir un bracelet vibreur hors de prix assorti à sa montre. Bon, bien sûr, à force de creuser, on trouve le sens.

Je ne vais pas faire la chronique des qualités et défauts de la montre. Des milliers d’articles en ont déjà fait le tour (du cadran). Disons simplement qu’elle est légère, agréable à porter, que son système de vibration est très agréable, que son système de navigation est complexe, pas très intuitif, qu’elle rame souvent quand on lance une appli pour cause de bluetooth, et qu’elle a pas encore toutes les fonctions du téléphone (rappel, par exemple, ou notes, sont absent). Et enfin qu’elle gère mal encore ses allumages automatiques, confondant souvent un geste avec une consultation, et qu’elle bugge encore pas mal.

Alors, voilà ce que j’ai découvert. Cette montre est en réalité une version Light du téléphone. Un mini téléphone qu’on porte au poignet, et qui sait se faire discret. En ça, elle est fabuleuse. Et pas un mini téléphone, un mini iPhone. Ça change quoi ? Ben tout, comme d’hab.

De base, la montre vous donne l’heure. Je ne trouve pas vraiment de cadran à mon goût. Trop formel quand on veut de l’info, trop light en info quand on veut du graphisme. Alors j’en change tout le temps, et ça me plaît bien, au fond. Un coup d’œil sur l’agenda, sur les températures, sur la batterie, etc… C’est autant de coups d’œil en moins sur le portable.

Les applis sont tournées mini tactile. La molette fait merveille. Siri devient incontournable pour la plupart des actions. On lance un minuteur en 5 secondes. On répond à un SMS aussi vite. On reçoit ses notifs en toute discrétion. Tout ce qu’un iPhone sait faire, la montre le propose.

La partie sport/fitness santé est aussi un sacré plus. En permanence en train de collecter nos données de mouvement (je rappelle ici que l’appli santé n’est pas partagée sur le cloud, et est cryptée dans le téléphone), elle en vient à nous conseiller de bouger, à nous donner des badges, à classer selon notre rythme cardiaque les actions en exercice sportif ou non. Avec un bilan chaque soir pour l’appli de base et des graphismes hebdomadaires pour compléter le tout. C’est donc, je pense, en version unboxing déjà le meilleur bracelet connecté sportif actuel. À cela s’ajoutent des applis, bien sûr. J’ai tenté le 7 minutes Workout qui dirige mes exercices depuis mon bras, en sortant le son sur le téléphone. C’est brutal, mais ça marche bien. Une autre pour une medit de 3 minutes m’indique par vibration les temps de respiration. Nike running est très bien aussi.

Pour le boulot, c’est aussi une bonne aide. Things, les mails, SMS, le calendrier, les notifs du téléphone, mindmeister, m’aident donc a suivre l’actu de mon taff au long de la journée, sans m’interrompre. C’est précieux quand on écrit. Même la fonction téléphone est confortable, bien que le son max soit un peu bas pour mon écoute. Philosophie de discrétion, je pense.

Après, je trouve les applis souvent trop limitées ou trop lentes pour que ça soit confortable. Presque rien dans le domaine de l’information, pas de facebook, juste messenger, pas d’articles complets de journaux, juste les titres, pas de lecteur pdf, bref, ça doit être quelque part logique, mais ça rendrait la montre plus douée pour des loisirs. C’est en effet une de ses particularités. Elle n’est pas là pour distraire, mais pour servir. Il existe bien quelques jeux, mais la plupart des applis se cantonnent à la productivité, au sport, à la communication, et ça me va plutôt bien. Pour le coup, je n’ai pas envie de la regarder tout le temps. Elle est également reliée au Mac par continuité, ou sur l’iPhone instantanément. Tout est logique et fluide entre les appareils. On enchaîne les taches sans se poser de question d’un device à l’autre.

L’autonomie, enfin, est très bonne. On peut facilement la pousser à deux jours, ou l’épuiser en une journée. À ce moment, elle ne propose plus que l’heure jusqu’à sa recharge. La logique me convient.

Bilan : Si on doit prendre cette montre pour un appareil autonome connecté, elle est clairement insuffisante, offrant à peine ce qu’un smartphone bas de gamme peut faire. Faiblarde, lente, écran trop petit, ok. Mais si on la place dans l’écosystème d’Apple, elle prend la place toute particulière de véritable assistante, entre l’iPhone et vous. Cela vous offre plus de calme, et un esprit plus libre au quotidien. Elle a encore beaucoup de progrès à faire. Un processeur plus véloce, une communication plus rapide avec le téléphone, un format plus fin. Cela viendra. En tout cas, je pense comprendre ce qu’Apple souhaitait proposer, et l’expérience est plaisante. Indispensable, non, mais réellement confortable et plaisante. Un peu cher, pour le coup, pour ce que c’est, il faut l’admettre, mais l’intérêt est là.

Merci de me donner votre appréciation
[Total: 0 moyenne : 0]
Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.