Pourquoi j’aime  » Gunnm  » de Yukito Kishiro

Ce manga, constitué de 9 tomes, est pour moi une référence dans le style de narration japonais. Cette histoire se dénote pour moi de nombreux autres de par la profondeur de ses propos. Le background est passionnant, car le point de départ nous place aux côtés de Gally, un corps androïde amnésique dont le cerveau ne peut déterminer sa propre date de naissance.

Qui est-elle ? Quel âge a-t-elle ? 15 ans ou 400 ? Elle est retrouvée par Ido, un médecin généreux et aimé, mais qui semble vivre une double vie. Gally se rend compte également qu’elle sait se battre. Elle découvre un potentiel de guerrière dont elle ignore tout. Voila une voie pour se retrouver enfin. Dans le combat, face à ses reflexes, elle retrouve des bouts de mémoire. Mais surtout, le monde qu’elle découvre avec nous, semble lui aussi au fond du chaos. La police, débordée, fait appel à des chasseurs de prime, la ville se fait appeler la décharge, et pour cause, puisqu’elle est bâtie sur les détritus issus de Zalem, la ville suspendue, dont la décharge ignore tout, et en fait même une forme de croyance religieuse.

Gally va évoluer, au sens spirituel, au travers de ce monde, pour répondre à ses questions existentielles. Elle va rencontrer tour à tour l’amour, la haine, la force, le courage, l’abandon, la compétition, la mort, et va changer quasiment tous les deux tomes, du tout au tout, comme différents niveaux d’un chemin spirituel profond. Cette série m’a énormément plu car elle est écrire avec un talent et une précision exemplaire. Les passages de la Bible évoquent en image le comportement des hommes face à leur prochain. Le sacrifice, le courage, mais aussi la lâcheté ou l’indifférence, sont personnalisés comme autant de facettes d’un même visage. Les situations que Gally rencontrent sont humainement complexes et sans stéréotype. Une relation amoureuse perverse qui s’installe entre Gally et un Cyborg dévastateur appelé Makaku basé sur le fait qu’elle soit la première depuis le début de sa vie à tenter de le tuer, et donc à reconnaitre son existence. Un champion de Motorball qui délaisse la victoire pour rendre un dernier combat faisant de lui un Dieu à jamais. Je vous assure que cette quête n’est faite que de personnages haut en couleur, complexes et au destin incomparables.

 

Je pourrai vous parler de Desty Nova, de Lou ou encore de Khaos ou Koyomi, mais je préfère vous laisser la surprise.

 

Je conseille donc ce manga car c’est de loin la plus grande expérience que j’ai pu vivre dans le domaine !

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*