Mon professeur

Roger, c’est aujourd’hui qu’on t’enterre, mon professeur, et je ne comprends pas que le monde n’ait pas pensé à cesser de tourner ne serait-ce qu’une seconde pour toi.
 

 
C’est aujourd’hui le jour qui nous éloigne définitivement de toi.
A la dérive, un homme à la mère, le cap ne changera pas.
 
Combien sont-ils, aujourd’hui enseignants, écrivains, auteurs, rédacteurs, à vous devoir leur vocation, Mr Bichelberger ?
Avec moi des millions.
 
Mon professeur, mon protecteur, je te demande pardon. J’ai cette terrible sensation d’avoir interrompu trop tôt notre discussion. Je n’ai aucune excuse. Aujourd’hui, je voudrai tant entendre encore tes tendres conseils sur mes tristes passions.
Tu t’es tû, raisonne ta voix en moi. Une onde froisse l’infini, un silence, un vide, un frisson.
 
C’est aujourd’hui qu’on t’enterre, mon Maître de sagesse, et c’est terrible de voir le monde continuer à tourner sans cesse en rond, en croix, en perdition et surtout sans toi. Qu’on fasse demi-tour ! Qu’on te sorte de là !
 
Tu dirais non.
 
Enfant de Marie, j’espère de tout mon coeur que tu as raison.
 
Et je ne sais te dire au revoir, ni adieu, ni même un mot, encore moins une expiration, sans qu’une prière ne s’en échappe pour toi, adressée à ton Saint Patron.
« Seigneur, donne à cet homme une classe en tes enfers, avec tous tes pires fripons. Qu’il en fasse encore des Sages, des Anges, des Hommes Bons. Car c’est à cette place qu’il sera heureux. C’est au coeur que palpite son plus beau don »
 
 
Roger Bichelberger et sa femme, Denise

Roger Bichelberger et sa femme, Denise

 
 
 
 
Merci de me donner votre appréciation
[Total: 1 moyenne : 5]
Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Your email address will not be published.

17 − 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.