Une idée citoyenne sans doute révolutionnaire qui me trotte dans la tête

Une touche Vote sur un clavier

Ne pas pouvoir mettre au monde un projet social particulièrement ambitieux est frustrant

Ce que cela peut être frustrant de ne pas pouvoir faire naître une idée ambitieuse, pour ne pas dire révolutionnaire. Ce projet est bien trop lourd pour moi, et pourtant, je pressens qu’il est d’une envergure nationale. Alors je le place ici, en espérant qu’un jour quelqu’un qui en aura les moyens et la force, le mettra en ligne. Et je pense qu’il y a aussi beaucoup d’argent à se faire, mais ça n’est pas le plus motivant.

 

Une idée citoyenne, utile pour tous

Ce sont les sites de sondage et de pétition comme Change, Avaaz ou mes opinions qui m’ont fait penser à cela, et aussi le fait que j’ai un père qui n’hésite pas à écrire au gouvernement pour leur suggérer des idées « optimisantes ». Et bien qu’à ma connaissance, à part des lettres de remerciement, cela n’ait pas eu grand impact, il reste que la démarche citoyenne est intéressante. S’ajoute à cela le principe législatif de la Suisse invitant ses citoyens à proposer leurs lois, et à pétitionner pour obtenir un vote à leur parlement, et éventuellement la faire passer.

Épris de justice sociale et de liberté, déçu, comme tout le monde, de l’arrêt brutal des réformes salvatrices et du retour aux dépenses publiques, me vient alors une idée simple d’un site pas si simple à réaliser. N’ayant pas les moyens de le faire, je la donne ici, avec l’espoir fou qu’un jour, elle naisse quelque part, car elle changerait à tout jamais notre République, nos manifestations, nos grèves, et sans doute notre rapport à la politique :
le projet de loi participatif.

 

 

Révolutionnaire, vous avez dit ?

Voilà comment je vois la chose. Au même titre que les sondages, ce site permettrait d’inviter des internautes à « voter » pour des projets de loi proposés par n’importe qui. Mettons que je souhaite que l’on peigne de couleurs codifiées les différentes bandes sur les routes afin qu’on distingue immédiatement la vitesse limitée. Rouge, c’est 50, orange, c’est 90, et vert, 110 (idée de mon papa). Je rédige un texte, le plus clair possible sur ma manière de voir les choses, et je le propose sur ce site. Des partisans, dont je fais partie, le promotionneront et tenteront de récolter des voix via les réseaux amicaux ou sociaux. À moi de décider quand on ferme le projet de loi, qui sera, s’il a obtenu une participation significative, envoyé par courrier aux députés, à la présidence et au gouvernement, avec la liste des citoyens le soutenant (ou pas, vu que si la démocratie veut que chaque idée puisse être défendue, l’anonymat devra être possible aux vues de certaines).

 

Un nom comme « nouveau-citoyen.fr », un truc ambitieux…

Ce que ce projet peut changer ? Beaucoup de choses, et en profondeur. Tout d’abord, il permettra de créer un canal entre la politique et le citoyen qui recréera le lien et la circulation des projets et idées. On peut s’attendre à ce que les politiciens utilisent cet outil pour proposer leurs lois avant qu’elle ne soit débattue à l’assemblée, afin d’ajouter du poids à leur proposition (si elle est soutenue). De l’autre côté, n’importe quel citoyen pourra faire pression sur le gouvernement en imposant sa morale. Imaginez 8 millions de personnes qui signent un projet de loi autorisant le cumul des mandats, mais refusant le cumul des salaires ? Ou 12 millions sur la reconnaissance de la responsabilité de la France dans tel ou tel massacre de l’histoire ? Ça fait la différence au gouvernement quand ils veulent faire passer une loi impopulaire ou qu’ils veulent satisfaire le peuple.

En second lieu, ce site peut, en cas de succès, changer complètement le rapport aux grèves et à leurs efficacités dans notre pays. Franchement, la revendication, ça me va, mais qu’on me bloque moi, alors que je n’ai pas de pouvoir sur leur affaire, ça m’emmerde. Alors, s’ils m’expliquent ce qu’ils revendiquent au gouvernement (pour les entreprises privées, faut voir du côté des pétitions), je veux bien apporter mon soutien à leurs projets de loi, et ainsi éviter la grève, tout en me sentant concerné par leurs sorts. On en profite pour modifier les outils de communication des syndicats, en somme.

Enfin, ce site concernera tous les citoyens et imposera un engagement politique minimal à chacun. Si une loi propose l’obligation à tout salarié d’adhérer à un syndicat afin de couper leurs subventions de l’Etat et de responsabiliser tous les corps de métier sur leurs actions, tout en augmentant leur représentativité, leur légitimité et leur pouvoir, beaucoup de gens partiront en campagne, pour valoriser ce vote, ou pour protester contre. Le paysage social et culturel de notre pays dépend alors de ces changements.

Les solutions les plus simples peuvent être les meilleures. Le problème des politiciens, c’est que les meilleures idées sont souvent celles des autres, et qu’on est vite taxé de « récupérateur » quand on applique celle d’un autre parti. Ici, les idées viennent du peuple, libre de droits, utilisable à volonté, sans restriction. En plus, elles sont prétestées, débattues et livrées sur un plateau. Et elles apportent de la notoriété à celui qui l’applique, au moins celles des votants. Imaginez que vous êtes de droite et qu’une de vos idées vient d’être validée du le site et appliquée par Mr Hollande. Ça peut changer un peu votre point de vue sur le personnage (un peu, au moins).

A charge au gouvernement par la suite de tenir compte ou pas de ces projets de loi prévotés par des citoyens. C’est une forme de révolution permanente que l’on peut espérer avec un tel mécanisme social, un contact direct entre le pouvoir et le peuple. Un referendum permanent. Une utopie, peut-être. Un coup à tenter, sûrement. Mais je n’ai pas les moyens ou le temps de développer cette plate-forme, alors je donne cette idée à qui veut. Qu’elle circule pour trouver celui, indépendant, qui saura faire accoucher ce grand projet citoyen.

Ceci n’est qu’une inspiration, une vision vague d’un site utile. Beaucoup de choses restent à définir. Comment éviter l’instrumentalisation, le mensonge, les abus, les couleurs des partis, les idées extrémistes ou dangereuses pour la République, la révolution, la frustration populaire, etc… Je n’ai pas mieux à donner sur ce sujet. Prenez, et faites-le vôtre. J’espère que cette idée est aussi bonne que je la crois. A vous de me le dire, en tout cas.

Merci de me donner votre appréciation
[Total: 1 moyenne : 5]
Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 Comments, RSS

  1. Simon Tripnaux janvier 22, 2014 @ 4:16

    Une bien chouette idée en effet ! Mais comment garantir la légitimité d’un tel site ?

    • David Gos janvier 22, 2014 @ 4:20

      Bonne question. Je pense que c’est le succès qui le validera, avec des règles d’utilisation garantissant une impartialité. Si je me réfère à Avaaz par exemple, ils n’ont pas plus de légitimité que d’être un outil démocratique utilisé par tout groupe voulant lancer une pétition. Peu importe le groupe. Un système de modération peut être envisagé, peut-être, par les utilisateurs. C’est le système qui se légitimera pas lui-même en fonction du succès qu’il engendre.

  2. Julien Raletz janvier 23, 2014 @ 6:56

    La première chose qui m’est venu à l’idée en lisant cette article est une question de sécurité et de légitimité .

    Ce site devra être extremement sécurisé pour viabiliser quelconque vote, de plus , il me semble que chaque citoyen devra y avoir accès pour que ce site représente le peuple .

    Ce serait révolutionnaire en effet . Mais avec l’avancée de l’idée , pour le moment ça me fait peur ( Qui votera , le feront nous , certains en tirerait profit ) , et ça fera peur au gouvernement , du moins dans ce format actuel . La plus grande peur d’une entité puissante est bien de perdre son pouvoir non ?

    J’y vois malgré tout du positif , est ce fonctionnement ferait largement plus de moi un citoyen . COmment ne pas y adherer après tout ?

    • David Gos janvier 23, 2014 @ 9:53

      Ce site aurait avant tout une illégitimité pour commencer. Comme Facebook, Twitter ou avaaz. Il lui faudra du succès dans le temps pour s’inscrire comme incontournable. J’y vois en premier lieu un vivier d’idées et une excuse politique pour utiliser des idées d’autres partis. Bien que je soir très respectueux et intéressé par la ligne politique d’un gouvernement, je pense que d’autres idées, plus petites, et injustement colorées, mériteraient d’être appliqués, peu importe le parti au pouvoir.
      Si le site devient un contre-pouvoir par la suite, il risque en effet d’encombrer plus que la presse les gouvernements en place. Mais la première idée reste d’encourager les citoyens à proposer des idées qui pourraient être débattues en assemblée.

  3. Lucile décembre 21, 2014 @ 8:52

    Cela s’appelle le M6R et sa plateforme citoyenne interactive Nous le peuple : https://www.m6r.fr/nouslepeuple/ 🙂

Your email address will not be published.