Jungle speed, comme une odeur de Koh-Lanta !

« On a toujours du mal à mettre un terme aux parties de Jungle speed, même si on s’est retourné 4 doigts, 3 ongles et qu’on a pris le totem 2 fois dans la tronche. »LenJanak…

Oh, grand inculte que je suis, je viens à peine de tester le jeu « Jungle Speed » avec des amis du club Trident de Rennes. Une petite table, un morceau de bois curieux que tout le monde appelle le Totem au centre. Chacun une pile de cartes qu’on doit retourner dans un ordre précis, d’une manière précise. 3 cartes spéciales à connaître. Sinon ? Ben, c’est tout, on commence le jeu !

 J’ai en face de moi un jeune homme qui vient de passer le matin même sa ceinture marron de karaté. A coté de lui, un colosse qui assure actuellement les piquets de sécurité et les barrages dans les mouvements de grève de Rennes. Il a une force herculéenne. A coté de moi, le grand frère du karatéka, de temps en temps assez nerveux, qui vient également de passer sa ceinture marron le matin-même, et pis y a moi, le « peace and love » du groupe (ou presque). On pose le totem et on nous explique la règle. Nous étions trois à ne pas connaître le jeu.

« Alors voila ! Tu vois ces trois cartes ? (on y voit quatre flèches qui vont soit vers le centre de la carte, soit vers l’extérieur de la carte, soit vers le centre mais en couleur). Ce sont les cartes spéciales ! La première dit « tout le monde doit attraper le Totem ». La seconde « tout le monde doit retourner sa carte en même temps », la troisième « On ne s’intéresse qu’aux couleurs maintenant », ok ? – Pas de problèmes – Bon ! »
« Toutes les autres cartes sont des figures de couleur dessinées. Tu peux attraper le Totem quand la figure de ta carte est la même que celle d’un autre joueur, ou quand la carte spéciale qui dit « tout le monde attrape le Totem » sort, si tu l’attrapes en dehors de ça, tu te récupères les cartes déjà jetées et qui n’avaient rien donné. Quand tu attrapes le totem avant un seul adversaire qui avait la même carte que toi, tu lui donnes ton tas de carte déjà jetée. Quand c’est la carte spéciale, tu poses ton tas déjà jeté sous le Totem et le prochain qui perd prendra ça dans les dents avec ! ». On Sourit !
« Tu gagnes la partie quand tu n’as plus de cartes, tu la perd quand tu es le dernier à en avoir ! On y va ?…». Euh, malgré le fait que j’ai pas tout saisi, j’acquiesce.

On commence à retourner les cartes. Je vois à un moment deux figures se ressembler ! Je me jette sur le Totem ! Je suis tout fier ! On me regarde curieusement… « Quoi ? C’est pas bon ? ». On m’explique alors que sur les deux cartes qui se ressemblaient, aucunes ne m’appartenaient, donc je n’avais pas à prendre le Totem… Et je me retrouve avec toutes les cartes jetées des joueurs… Bon ! Je décide de laisser passer un tour ou deux. Hercule tire la même carte que la mienne, il se jette sur le Totem en rigolant ! Je me reprends toutes ses cartes jetées. Je désespère. Les jeux de réflexe, c’est pas mon truc, de toute façon ! Et puis je retourne une de ces cartes spéciales qui dit « tout le monde prend le Totem ! ». Je me jette dessus ! Haha ! Ben non, les flèches sont dans l’autre sens, donc ça voulait dire « Tout le monde retourne sa carte en même temps»… Bouh ! Je me reprends les déchets des autres ! Mon tas de carte est énorme !
Le karatéka vient de finir sa partie, il n’a plus de cartes, il rit !

Je pleure presque… Je retourne une carte spéciale. « Les couleurs ! » crie mon voisin. Le tour continue, on sue, on scrute les mains du voisin, on réfléchis. A un moment, Hercule et moi, nous nous retrouvons avec une carte de même couleur ! Il se jette dessus et crie « Victoire ! ». Je le regarde, tristement, prends mes cartes jetées dont le tas est énorme, les tapote tristement puis lui tends le paquet. « Quoi ? Pourquoi tu fais ça ? ». Je lui montre mon tas dans lequel la carte couleur était sortie. La première carte n’était plus la carte couleur, elle avait été recouverte depuis par deux autres cartes. Il regarde le grand frère, terrifié. Le grand frère confirme en formant lui-même son paquet de cartes. Il faut qu’elle soit non recouverte pour qu’elle soit active. Hercule vocifère ! Tape sur la table, se recommande une énorme bière-chouchen et annonce « Bon, on continue ou pas ! ».
Et c’est reparti ! Soudainement allégé et plein de courage, j’ai défié le colosse, le grand-frère, je suis devenu très sur de moi. Rapide, précis, j’avais les réflexes moins rapides mais mon temps de compréhension était plus court. Ca se compensait ! J’avais mes chances ! On s’est éclaté, enchaînant les parties jusqu’à épuisement neuronal.

Quelle partie ! Ce petit jeu aux principes si simple mérite largement d’être le produit phare d’Asmodée ! En petit sac de toile, en plus, il se trimbale partout et donne le ton aux soirées-jeux qui démarrent un peu morose !

Quelques témoignages :

« L’ambiance est excellente car on se prend vite au jeu et on est sur les nerfs à chaque retournement de carte. Quel plaisir quand on parvient à récupérer ce petit totem à la barbe des autres joueurs.» – Garf –

« Le plus rapide gagne le totem ! prendre des gant de protection est conseillé… » – Marco –

« Jeu sympa pour débuter une soirée, mais qui a tendance à lasser à force d’y jouer, d’autant plus qu’il y a des joueurs sur-entrainés dans le groupe, ce qui donne un sentiment d’impuissance, supprimant tout plaisir» – Christophe –

« On peut se payer des bonnes tranches de rigolade… J’ai un souvenir d’un totem qui a volé de 2 étages lors d’une partie acharnée… » – CoinCoin –


Your email address will not be published. Required fields are marked *

*