Expédition Altiplano : L’aventure commence par une carte

Une route vers les sommets d'Altiplano

Bon, voyons ce que j’ai dans le bardat. Plan de la région, gourde, fouet, chapeau, flingue. Bon, ça devrait suffire pour l’exploration des ruines aztèques ! Il parait qu’il y a quelques artefacts de grande valeur dans ces régions. Le seul problème, c’est que je sais que la carte que j’ai découverte n’est pas unique et une autre expédition doit se préparer quelque part… Le temps joue contre moi ! Je contacte mon équipe et je saute dans le premier avion pour Palla Huarcuna !

Espionner mon adversaire

Arrivé sur place, à l’aide de mes jumelles, je repère non loin des plaines un autre campement. Là, juste de l’autre côté de la table, mon terrible adversaire se prépare à l’expédition. Quelle sera sa stratégie pour saisir les précieux artefacts ? Il s’agit de le percer rapidement à jour pour pouvoir préparer ma contre-offensive. Je m’approche, discrètement… Tiens tiens, à ce que je vois, il y a trois personnes dans le camp, et non des moindres. Je le sais pour avoir déjà travaillé avec eux sur des expéditions précédentes. Huayna est une indienne locale capable de trouver très rapidement les lieux où pourraient se trouver des artefacts, mais une fois cela fait, elle disparaît toujours mystérieusement du jeu. Le professeur Henriette Smith, une vieille femme déjà, ne lâche jamais un lieu avant d’avoir découvert un précieux artefact, mais elle prend tellement de risque dans son exploration de la pioche qu’on s’inquiète pour sa survie. Oh oh, que vois-je, Marcus Vidor est avec eux, voila qui complique considérablement les choses ! Marcus est un mécène qui peut très facilement mettre à l’abri les artefacts que mon adversaire trouvera. Quand je dis à l’abri, cela signifie qu’aucun piège, ni aucune supercherie ne me permettra de le reprendre de leurs griffes. Je vois clair dans son jeu désormais. Il va envoyer son éclaireur chercher un terrain puis le Professeur y trouvera l’artefact que Marcus mettra immédiatement à l’abri. C’en sera alors fait de moi ! Mais je ne vais pas le laisser faire, hors de questions !

Retour au camp

Je croise Che Madera à l’entrée du camp, il écume et bave comme un Pitt-bull, c’est un mercenaire que j’ai engagé pour créer des « accidents » susceptible de faire disparaître des membres de l’expédition adverse. Il me demande si j’ai besoin de lui, je l’invite à se reposer à l’ombre. Un peu plus loin, Padre Bartolomeo est un prêtre féru d’archéologie qui considère que le Seigneur soutient les fouilles de tombeaux non chrétiens. Je ne dis trop rien, je sais qu’il a le talent de convaincre des membres de l’équipe adverse de rejoindre la mienne pour le temps de l’expédition avec ce genre de discours. J’acquiesce et fait un signe de croix repentant devant lui, c’est peu cher payé. J’arrive enfin à la tente principale. Eileen Wilhelm semble affairée sur la carte, cette experte en piège et en tactique est capable de déjouer toute embuscade de l’adversaire, au péril de sa vie ! Avec elle, mon expédition est en sécurité, au moins pour un temps.
Ma stratégie est simple, je vais tenter de réduire l’expédition de mon adversaire en retournant la plupart de ses actions contre lui soit assassinant les membres de son équipe, soit en les corrompant pour qu’ils me rejoignent. Je rentre dans ma tente personnelle…

Dans ma main

J’ai plus d’un tour dans mon sac pour cela, j’en ai même cinq ! Cinq idées susceptible, si elles sont bien jouées de me mener à la victoire. J’ai de quoi faire venir deux spécialistes qui m’intéressent. Jules Belloeuf, qui saura reprendre un artefact des mains mêmes de mon adversaire et Sir Waddington qui me permet d’agrandir mon campement et notamment de conserver d’avantages de possibilités dans ma main. Ainsi équipé, je pense pouvoir passer à l’assaut dès cette nuit !

Pendant ce temps…

Au camp de mon adversaire, tout le monde s’affaire, Huayna vient de trouver un lieu où pourrait se cacher un artefact. Ils se préparent à y aller. On voit que des archéologues sont en place pour authentifier un artefact en cas de découverte, validant ainsi un point à mon adversaire. Mon expédition étant un échec s’il en trouve deux, autrement dit, la majorité sur les trois référencés sur la carte. L’arrivée de Ohio Bob dans son camp n’est pas là pour me rassurer non plus. Il explore les grottes, expert en chasse à l’artefact. Son expédition est clairement orientée vers la chasse, alors que moi, ça serait plutôt la cueillette…

A l’attaque !

Pendant la nuit, je glisse le long de ses tentes, esquive les zones éclairées par leurs feux vacillant, file vers l’abri du Professeur Smith et glisse une mygale dans les draps de son lit. Elle ne va pas tarder à se coucher, finissons le travail avant l’aube. Je file vers la tente de mon adversaire, occupé ailleurs, et je fouille. Le pillage n’est pas très honnête mais cela me permet de voir ses plans, ses cartes et de prendre un objet qui m’intéresse. J’y trouve une carte parlant d’un terrain où pourrait se trouver un second artefact. Je ne peux pas lui laisser cela et d’ailleurs, autant en profiter pour partir à mon tour à l’aventure. Un hurlement déchirant la nuit me fait comprendre que le professeur Smith n’est plus. La stratégie de mon adversaire est à terre. Il est temps de partir.

Exploration

Machu Picchu est magnifique sous ce soleil de plomb. La nature a pris le temps de recouvrir les ruines des temples, mais les galeries subsistent et au fond de l’une d’elles, un artefact peut-être. Je lance les recherches, usant d’éclaireurs et d’explorations minutieuses pour avancer dans les profondeurs de la pioche. L’un d’eux m’annonce qu’il a repéré un objet suspect. Arrivé sur place, je le constate bien, c’est un artefact, le Trésor d’Atahualpa ! Mais tant qu’il ne sera pas au camp, examiné par des archéologues pour m’identifier comme son propriétaire, il ne sera pas à l’abri !

Un partout ?

J’apprends pas mes espions que mon adversaire à visiblement trouvé lui aussi un artefact ! J’en suis ravi, non pour lui, mais pour moi, car je n’attendais que cela pour lui régler son compte !
J’envoie immédiatement le Padre chercher et convaincre Marcus de nous rejoindre, j’ai besoin qu’il mette à l’abri l’artefact que je ramène. Et, pour l’accompagner, j’envoie le terrible Belloeuf, qui va se charger de l’artefact de mon adversaire. Marcus arrive au camp, seul. Je sais que mes deux envoyés sont perdus à jamais. Il m’explique avoir vu Belloeuf se battre avec mon adversaire et que l’artefact a été perdu dans une défausse non loin du campement. J’en suis ravi ! Je montre mon artefact à Marcus qui commence à l’authentifier avec les autres archéologues.

Mon adversaire enrage !

Cette perte soudaine mérite apparemment leçon, selon lui. Je le comprends, et je me prépare. Un jet de flèches empoisonnées frappe Che Madera, mais mes premiers soins le sauvent in extremis. L’anaconda suspect, surtout dans cette région, qui s’abat sur Eileen Wilhelm ne fera pas long feu, elle avait flairé le piège. Les attaques semblent désespérées, il faudrait peut-être en finir. Tôt dans la matinée, je découvre une nouvelle carte d’un lieu, le lac Titicaca, gravé sur un pan de mur du temple. Quand je reviens au camp, l’artefact a été authentifié et Marcus est déjà parti en Jeep pour le mettre à l’abri. J’envoi alors des explorateurs faire une fouille approfondie de la défausse où a été perdu l’artefact de mon adversaire. Ils le retrouvent sans mal et me le ramène. Il me faut encore le mettre en lieu sûr au camp.

Des menaces

Mon adversaire envoie des menaces claires et descriptives à deux personnes de mon camp, ils décident de quitter le campement, mais restent à ma disposition. Mes deux archéologues absents, je me vois mal authentifier l’artefact seul. Je pars pour le Lac. Aux derniers échos, mon adversaire se dirige vers Vilcabamba.

Quand il faut y aller…

L’orage qui s’abat sur le camp de mon adversaire lui inflige des pertes dans ses projets. Deux d’entre eux partent dans les défausses adjacentes. Je rappelle Eileen qui se prépare à valider l’arrivée d’une étrange momie. En rentrant dans ma tente, je découvre un espion en train de fouiller mes bagages ! Je le course, tente de le faire tomber, mais rien n’y fait, il part, tenant dans sa main une carte ancienne qui aurait pu m’aider. Rien de vital, sachant que juste en dessous se trouvait le précieux artefact. « Pas de chance pour toi », pensais-je. J’envoi alors Che Madera à sa basse besogne, lui demandant d’éliminer Alligator Sloop, seul archéologue du camp de mon adversaire. Cela le retardera un peu, le temps que je finisse. Je ne m’attends pas à ce que Che Madera revienne, il se fera vite repérer, mais en tout cas, je suis sûr que le compte de Sloop sera réglé.

La momie de Manco Capac

Eileen me le confirme, je possède bien le second artefact, ma victoire est donc totale sur mon adversaire. Je pars dans sa direction, le voit sortir bruyamment d’une défausse un artefact poussiéreux, lui sourit. « Une autre fois, peut-être ! » Il me regarde, médusé, puis ses yeux virent au vide, il réfléchit. Il tente alors de m’accuser de supercherie, la carte des faibles ! On le voit gesticuler, trembler, baver, il sort des plans, des cartes, tente de démontrer que mon dernier artefact est faux ! Eileen sourit, ce piège ne se refermera pas sur nous grâce à elle. Elle l’assomme d’un coup de crosse et conclut, un beau sourire aux lèvres « Rentrons à New-York, Indy ! »

L’expédition Altiplano touche à sa fin. En rentrant à New-York, je suis accueilli en héro, aux bras d’Eileen. Les journaux parlent de moi et de mes découvertes. En rentrant à Prinston, je découvre sur mon bureau une carte ancienne parlant de ruines incas et de nombreux autres artefacts. Une feuille anonyme est posée dessus. « Quand pouvez-vous repartir ? ».
Oh, juste le temps de mélanger le cartes…

Merci de me donner votre appréciation
[Total: 0 moyenne : 0]
Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Your email address will not be published.